fruits-exotiques

Découvre mon histoire

Tom le Jardinier
Tom le Jardinier
Tom le Jardinier

Jeune pousse : c’est par ses simples mots que m’appelait mon grand-père. Et c’est lui qui m’a appris les premiers gestes au jardin, le rythme des saisons, la rotation des cultures, mes premiers semis et surtout la patience. Je lui dois beaucoup.

Mon expérience avec le jardinage

Tout commence déjà au plus jeune âge puisqu'on peut presque dire que je suis litéralement né dans un chou. En Suisse, les mercredis après-midi sont congés pour les écoliers et dès le mois de mai, j’allais rejoindre mon grand-père au potager. Au début je ne faisais que des bêtises, comme tous les enfants ! Pour me calmer il a eu l’idée de me donner un mètre carré au fond du jardin dont j’avais la responsabilité.

Tom le Jardinier enfant

A la fin mars, une fois la neige disparue, je suis allé munis d’un plantoir et de pieds de myosotis pour les replanter sur ma parcelle. Comme j’étais le « chef » de cette parcelle, il fallait la garnir. Une fois les derniers risques de gelées passés, j’y ai semé des tournesols, des salades et des radis. Oui tout ça sur un mètre carré, une vraie petite jungle.

Au fil des années mon grand-père m’a donné de plus en plus de surface jusqu’à être responsable de la centaine de mettre carré que faisait notre potager. Il était fier de moi. Je rentrais dans ses pas. J’utilisais ses outils, plantais les poireaux au garde à vous tous parfaitement alignés et en quinconce comme il le faisait.

De la passion à l’emploi

Vient la période de choisir une formation. Comme une évidence, je me suis tourné vers un apprentissage d’horticulteur. J’ai eu la chance de trouver en parallèle une entreprise pour me former pendant mes études.

Cet apprentissage me convenait parfaitement avec son aspect théorique à l’école et pratique en entreprise.

En particulier, j’ai adoré mon expérience en entreprise. Produire des fruits dans les vergers, les transformer pour en faire du jus de pomme, les commercialiser. Semer des légumes et s’en occuper jusqu’à la vente et parfois même les manger au restaurant. Produire des fleurs et conseiller nos clients pour qu’ils aient de beaux jardins.

C’était génial ! Et en plus j’obtiens mon diplôme !

Les jardins de Courtemelon

Mon entreprise à moi

Après cette expérience, je voulais tout naturellement avoir mon jardin, produire mes fruits et légumes, les distribuer à mes clients. Je décide donc de créer mon entreprise et de commercialiser des paniers de fruits et légumes biologiques.

Mon père qui est agriculteur me prête un bout de terrain pour y installer un verger et un potager. J’y plante notamment des pommiers, il faut dire que le nom du village où j’habite, Les Pommerats vient du mot la pommeraie, la plantation de pommiers. Et je commence un potager de 1000 m2 avec un calendrier précis afin de planifier toutes les cultures de l’année et augmenter la surface d’exploitation.

Je produis beaucoup de légumes ! La distribution autours de moi commence bien.

Récolte pour la vente

La maladie

Cette aventure sera de courte durée. Durant l’été je souffrais de la cheville gauche. Les douleurs étaient incessantes. Après un premier diagnostic de tendinite, on découvre une tumeur osseuse. Le combat médical durera presque deux ans.

Après la première opération, je me rends vite compte que je ne pourrai plus retourner au jardin comme si rien ne s’était passé. L’articulation de ma cheville est fixée. Je ne pourrais plus jamais m’engager dans mon potager comme je le souhaitais.

Et après

Déclaré inapte à exercer le métier d’horticulteur il m’a fallu opter pour une reconversion professionnelle. Passionné d’informatique, de photographie et de graphisme depuis très jeune, j’ai choisi de faire une formation de polygraphe.

Lors de mon premier stage en entreprise je suis engagé par une agence de communication lausannoise qui mets en page le journal Terre&Nature. Quoi de mieux que d’exercer pour un média qui parle de votre passion.

Lorsque j’étais en chimiothérapie, pour m’occuper l’esprit, j’ai appris à développer des sites Internet. Et comme rien ne vaut la mise en pratique j’ai crée mon premier site internet sur le jardinage, Tom le jardinier.

Pourquoi ce site internet ?

Que tu sois en appartement et que tu veuilles y faire pousser des plantes d’intérieurs, que tu viennes d’emménager dans une maison avec un potager, que tu aies la chance d’avoir une parcelle dans un jardin communautaire, c’est pour toi que j’ai créé ce site, afin de te simplifier le travail.

Si tu ne sais pas trop comment t'y prendre, que tu penses ne pas avoir la main verte, que tu te considères comme un véritable « plante killer », ne t’inquiètes pas. Le jardinage c’est comme le vélo : ça s’apprend en même temps que la patience. Et c’est là que moi j’interviens !

Et comme dit le proverbe chinois : « Si tu veux te faire heureux toute ta vie : fais-toi jardinier ».

Tom le Jardinier
Tom le Jardinier
Tom le Jardinier

Ma pratique du jardinage

Aujourd’hui je dispose d’un petit jardin potager et des alentours d’une maison que j’entretiens au fils des saisons. J’y cultive des légumes, des fleurs et des fruits.

Pour moi la nature et l’être humain sont indissociables car nous faisons partie d’un tout. Penser que l'Homme serait maitre de la nature est aller à l'encontre du bon sens. Jardiner c’est reprendre contact avec la terre nourricière et renouer le lien avec la nature qui manque tant dans notre société de consommation de produits industriels et standardisés.

La place de la nature dans ma pratique du jardinage est centrale car je cultive en m’inspirant du fonctionnement des écosystèmes naturels. Mon objectif est de favoriser la biodiversité du lieu où je vis et d’obtenir des sols riches et vivants. Cela permet d’avoir de belles récoltes et de cohabiter en harmonie avec les autres êtres vivants.

C’est de la permaculture ?

A proprement parler je ne fais pas de la permaculture, mais je m'en inspire et utilise quelques uns de ses principes.

Evidement je n'utilise pas de pesticide, pas de désherbant et autres produits de traitements. J'enchaine les cultures afin de ne jamais laisser une parcelle avec la terre à l'air. Et mes carreaux de cultures sont ainsi permanents. J'essaie avant toute chose d'agrader la qualité du sol.

Le mot de la fin

Je me réjouis de partager avec toi très régulièrement des articles, des vidéos et tout un tas d'astuces.

Si tu as des questions, un doute, n'hésite pas à me contacter en commentaire de mes publications. Je me ferais une joie de te conseiller.

Ciao jeune pousse !