dans Vidéos

C’est l’hiver… que faire au jardin ? Je te dévoile mes astuces.

Tailler, planter, soigner… Dans le jardin endormi, pas question de repos pour les jardiniers ! C’est le bon moment pour préparer le printemps et l’été prochain.

Froid, neige, glace… sous les intempéries hivernales, la nature vit au ralenti, ce qui permet aux plantes de résister aux températures négatives. Bon nombre de végétaux jouent les morts avant le renouveau printanier. Mais, toi, jardinier, ne t’endors pas ! Car la saison est propice aux gros travaux, parfois stressants pour les plantes. Je profite de cette période de repos de la végétation, pour planter, transplanter, tailler, même sévèrement, appliquer des traitements radicaux… Les végétaux sans feuille, surtout, toléreront les opérations les plus radicales. Bien entendu, tu opéreras uniquement en dehors des périodes de gel.

Utilise la nature
Fertilise sans te fatiguer. Alors étale une bonne couche de compost bien décomposé au pied des arbres, arbustes, sur les massifs de vivaces… et les vers de terre se chargent du reste. Ils ont tout l’hiver pour emmener ces nutriments au niveau des racines grâce à leurs allées et venues entre la surface et les profondeurs. En revanche, méfie-toi de la neige et de la glace qui couvrent les arbustes à feuilles persistantes. Car le contact froid prolongé risque de brûler les limbes même si les espèces concernées résistent bien aux températures basses.

1 / Désinfecte tes fruitiers
Dans les replis de l’écorce, œufs et larves de parasites, spores de champignons passent l’hiver à l’abri des intempéries. Pour les éliminer, pulvérise sur le tronc et les branches un traitement d’hiver à base d’huile de colza. Et insiste bien dans les creux. Mais surtout opère un jour sans vent.
Mon astuce :
Ce traitement huileux étouffe littéralement les larves et les œufs. Il empêche les spores d’évoluer. Ainsi tu évites les attaques précoces sur tes arbres fruitiers, car ce sont souvent les plus dommageables.

 

2 / Élague ce qui gêne
Les coupes radicales, ce n’est pas dans mes habitudes, mais quand une grosse branche gêne, il faut bien la couper. Alors, fais un petit trait de scie sous la branche au ras du tronc, puis scie normalement en direction de ton encoche. Ensuite, maintiens l’extrémité de la branche de l’autre main.
Mon astuce : Avec une telle encoche, tu éviteras que la branche se casse quand tu as presque fini de la couper. Si ton arbre est en bonne santé, pas besoin de couvrir la plaie de mastic. Mais s’il est un peu faible, lisse la plaie à la serpette et étale du mastic au centre sans déborder sur les côtés.

 

3 / Protège les greffes
Le point de greffe des rosiers buissons est sensible au froid. C’est un renflement à la base du rosier. Alors remonte la terre en petit monticule pour le couvrir pendant l’hiver. Dans les régions froides, tu peux ajouter une bonne couche de feuilles mortes.
Mon astuce :
Un rosier greffé est constitué de deux éléments : un porte-greffe, une variété robuste qui constitue les racines et parfois le tronc pour les rosiers – tiges et le greffon, qui produira les fleurs. Le point de greffe est l’endroit où les deux parties sont soudées. Cette jonction obtenue artificiellement est plus fragile que le reste du rosier ; c’est un peu son « talon d’Achille » !

 

4 / Plante encore
Tu peux encore planter tous les végétaux vendus à racines nues. Certaines jardineries font même des « rabais » en cette période où elles sont peu fréquentées. C’est donc la bonne période pour planter un verger ou le compléter. Les groseilliers, cassiers et autres petits arbustes à fruit comme les baies de goji peut aussi se planter à cette époque.

Articles récents

Poste ton commentaire

0

Commence à taper ta recherche et presse sur entrer