dans Jardin

Salut Jeune pousse, on se retrouve aujourd’hui au jardin pour traiter l’oïdium.

Si les journées chaudes et sèchent alternent avec des nuits fraîches, attend-toi à des attaques de « blanc » sur tes rosiers et tes tomates et chèvrefeuilles particulièrement sensibles.

Surveille tes plantations au pied du mur plein sud par exemple, elles sont souvent dans une ambiance confinée. Les feuilles sont atteintes par l’oïdium avant les tiges puis les boutons, et enfin les fleurs. Cette maladie, qui se caractérise par un feutrage blanc, se développe également quand le sol est trop sec. Arrose donc si nécessaire, toujours sans mouiller le feuillage et paille pour maintenir la fraîcheur.

Agis en préventif, ou dès que les premiers signes se font savoir sur le feuillage en pulvérisant une macération de prêle ou en coupant quelques extrémités. En conditions favorable, le champignon s’étend rapidement surtout si la ramure est trop dense ou si les roses sont réunies en bouquets. Taille alors chaque fleur fanée au plus vite pour donner de l’air et rompre le contact avec les voisines, et surprime tout le groupe défleuri.

Outre le soufre, admis en jardinage biologique, le lait est aussi un bon anti fongique. Préfère-le écrémé ou demi-écrémé pour limiter les odeurs désagréables. En prévention, vaporise-le tous les 15 jours ou après une pluie.

En pratique

Etape 1

Dans un vaporisateur, verse 1 litre d’eau et 10 cl de lait écrémé. Secoue bien pour mélanger les deux liquides.

Etape 2

Règle la buse pour qu’elle diffuse un fin brouillard. Pulvérise les boutons et les tiges de tous les côtés.

Etape 3

En prévention, pulvérise aussi sur les feuilles situées à proximité. Pour donner un « coup de fouet », fais un apport d’engrais.

Articles récents

Poste ton commentaire

0

Commence à taper ta recherche et presse sur entrer